• L'arène des clameurs

     

          L’ARÈNE DES CLAMEURS. Patrice, 28 septembre 2000.

     

       Le soleil ruisselle sur les peaux dorées,

    La fanfare rythme des airs colorés ;

    La foule, en sueur, en clameur,

    Couvre l’arène de ses fleurs.

    Applaudit, le héros lève l’épée ;

    Abasourdi, l’animal en terreur,

    Offre ses flancs, en pleurs ;

    Le sang suinte dans l’arène sablée…

     

       Scintillement de luxe, de couleurs ;

    Les lumières folles accroissent l’émotion…

    La mort, donnée comme sublimation,

    Victoire de l’Homme sur la peur.

    Les portes s’ouvrent sur la gloire,

    Les rideaux levés sur la foire ;

    La folie est légitime par tradition…

    Et qu’importe aux sadiques mon indignation !

     

       Ne pas jouir de ce spectacle cruel

    Passe pour frigidité !

    Je veux fuir la Terre des mortels,

    Et fuir leur perversité.

     J’ai été toréé, moi aussi,

    Mon corps tuméfié, blessé,

    A toujours su se redresser

    Et braver ses ennemis !

     

       Aujourd’hui, plus encore qu’hier,

    Mon verbe et mes poings sont amers !

    Ma haine

    De la race humaine

    S’amplifie

    Au fil de ma vie…

     

       Certains voient dans ces charniers

    La force d’un art théâtral !

    Je ne peux que m’indigner

    Et avouer l’acte immoral !

     

       … Des nuages sombres couvrent les gradins ;

     La pluie court sur mon chagrin

    Comme des larmes affolées

    Sur un monde désolé…

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :