• Ma voix.

     

    MA VOIX.  

     

       Cette voix, cette oraison funèbre,

    Tu l’entendras dans les profondes ténèbres,

    Comme un espoir de soleil,

    Comme un soleil d’espoir,

    Dans l’immensité d’une cruauté sans fard.

     

       Cette voix de sentence, ce sanglot honteux,

    Tu l’entendras sourdre sous les sombres cieux,

    À chaque explosion guerrière,

    À chaque cri amer,

    Comme les pleurs d’une mère,

    Comme le vent sur la mer…

     

       Cette voix, la voix de la souffrance,

    La voix de la douleur, la voix de l’angoisse,

    Celle qui s’érige face aux mépris,

    Nés de l’impunité des tyrannies.

     

       Lorsque tu entendras cette voix,

    Tu te souviendras de moi ;

    De ces phrases d’espérance, fielleuses,

    De ces paroles amères et furieuses…

     

       À chaque avancée d’un désert,

    À chaque forêt incendiée,

    À chaque naufrage en mer,

    À chaque province dévastée,

    Tu reconnaîtras cet accent rageur,

    S’indigner face à la joie des menteurs ;

    Tu reconnaîtras là mon amertume,

    Et comprendras dès lors ma lassitude…

     

       Et c’est ma voix qui s’abîme à hurler

    Contre des ennemis toujours plus nombreux,

    Cette voix qui continue à appeler

    L’Humanité vers un monde moins affreux.

     

       Oui ! C’est ma voix qui s’égosille jusqu’à faiblir

    Pour lutter sans repos contre la folie, la haine,

    Pour briser sans répits les armes, les chaînes ;

    Oui ! C’est ma joie que l’on entend gémir…


    Patrice K, 29 mai 2001.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :