• Tu me fais mal.

     

             TU ME FAIS MAL. Patrice, janvier 2003.

     

       Tu me fais mal, ma chère, lorsque tu te refuses à moi ;

    Tu bouleverses ma chair si tu fuis loin de moi.

    Je vois dans tes yeux cette lueur maligne,

    Où s’embrase le feu de nos soirées câlines.

     

       Et je sais que tu joues à me faire souffrir,

    Pourtant, pauvre fou, j’accepte le martyr !

    Tu éveilles en moi le brasier des désirs

    Que douloureusement je me dois contenir.

     

       Tes effluves enivrantes me prennent à la gorge,

    Mes doigts saouls et tremblants se glissent à ta forge ;

    Le piège se resserre, douloureuse morsure,

    Délicate ogresse à la soyeuse tonsure !

     

       Saveurs intenses, odeurs d’extase, ivresses ;

    Je tremble, frêle tel un être de faiblesses ;

    Mes lèvres malsaines humectent tes seins,

    Où je brûle, langoureux, sous l’ardeur d’un essaim.

     

       Telle une mer déchaînée, tu ondules sous mes mains ;

    Des courants frénétiques parcourent tes reins.

    Inondé d’une ondée de joie érogène,

    Sous la cambrure de ton âme, j’oublie mes haines.

     

      


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :